Savez-vous combien j’ai payé pour accéder au détail de cette stratégie ?

La réponse est : 500 dollars. Oui, j’ai acheté en 2004 le détail de cette technique. Je ne maîtrisais pas le concept du %B et cela m’intéressait de le découvrir.

Qu’est ce que j’en ai pensé à l’époque ?

J’ai vite découvert que le concept du %B fonctionnait particulièrement bien pour les marchés américains à partir de 1992 mais que, pendant les années précédentes, ce n’était pas glorieux. Comme par hasard, le vendeur qui m’a fourni ce modèle le testait uniquement sur la période 1994 / 2004. C’est étonnant non ? Une simple omission de sa part pour vous ? Ou un sens aigü du marketing ?

En même temps, soyons honnête : s’il m’avait montré la face cachée de la période précédant 1992, aurais-je accepté de payer 500 dollars pour savoir ? Probablement non ! Les pertes de 1988 à 1992 m’auraient très certainement arrêté dans mon ardeur… et je serais passé à côté de la technique du %B…

Mon deuxième constat a été négatif : alors que le CAC 40 se prête particulièrement bien aux techniques du RSI (à lire le PDF que j’ai écrit sur le sujet : LE RSI, UN AMI QUI VOUS VEUT DU BIEN), il s’est montré plutôt récalcitrant au %B en terme de performances. 78% sur 20 ans n’est pas brillant, même si on peut placer son argent 80% du temps en monétaire, ce qui améliore d’autant les résultats. Il n’empêche !

Pour débuter

A partir de tous les éléments que je vous ai donnés, je vais introduire une première stratégie
ACHAT EN CLOTURE DU JOUR SI
1-L’indice en format quotidien est supérieur à la MM200 jours ;
2-Il y a deux séances, le %B était inférieur au seuil de 20% (soit 0,2 sur l’indicateur calculé par Axial) en clôture ;
3-Il y a une séance, le %B était inférieur au seuil de 20% (soit 0,2 sur Axial) en clôture ;
4-Aujourd’hui, le %B est inférieur au seuil de 20% (soit 0,2 sur Axial) en clôture.
REVENTE EN CLOTURE DU JOUR SI
Le %B repasse au-dessus du seuil de 80% (soit 0,8 sur l’indicateur Axial Finance Expert) en clôture.
Les tests seront conduits sur l’indice CAC 40, entre le 1er janvier 1988 et le mois de mai 2007. Idem pour le Nasdaq 100 et le S&P500.
78% de gains avec un taux de réussite de 77,6% pour 134 opérations. Sur le CAC 40, seul le taux de réussite semble intéressant !
Sur le Nasdaq 100, les résultats sont différents. Entre 1988 et 1992, les performances sont négatives : 4 années sans progression, aucun intervenant en Bourse ne peut tenir sans une remise en cause. Et pourtant, par la suite, de 1992 à 2007, les performances sont très bonnes avec +170 % de gains pour 159 opérations et un taux de réussite de 79%, soit 126 gains !

Acheter dans un marché haussier est différent d’un achat dans un marché baissier

Comment quantifier la présence d’un marché haussier ou baissier ?
Je propose d’utiliser la moyenne mobile à 200 périodes comme outil de base.
Je considère que les cours sont en tendance haussière lorsqu’ils sont situés AU-DESSUS de la moyenne mobile à 200 jours.
La tendance baissière est confirmée lorsque les cours évoluent EN-DESSOUS de la moyenne mobile 200 jours.
C’est du simple bon sens. Lorsqu’un marché monte en tendance, les baisses intermédiaires ne durent jamais TRES longtemps et elles sont presques toujours suivies par un retour de la hausse.
Tandis que dans les marchés baissiers, les baisses donnent lieu, soit à des reprises techniques de court terme précédant la reprise de la tendance baissière, soit à des rebonds plus violents et de plus forte amplitude, mais à l’issue desquels l’avenir est hautement improbable.
J’expliquerai et j’illusterai cela plus tard dans le cadre de la présentation du signal acheteur pour les marchés baissiers.
La manipulation du %B
Nous avons vu que les cours montaient et descendaient très régulièrement au sein des bandes de Bollinger 5 jours avec un écart-type de 1. Ils tapent la borne haute, puis corrigent vers la borne basse, avant de remonter vers la bande haute… Le processus est perpétuel et peut être comparé au ressac des vagues. Sa régularité est étonnante. C’est ce phénomène qui va nous permettre la mise au point de la stratégie.
Nous allons commencer avec un %B utilisant les chiffres usuels, à savoir qu’il faut acheter lorsque le %B passe au-dessous de 20 et il faut revendre quand les cours dépassent le seuil de 80.
20 (ou 0,2 sur Axial Finance Expert, ce qui est la même chose) signifie que le cours de clôture est situé dans les 20% les plus bas du range à 5 jours (n’oublions pas ici qu’il s’agit du range des bandes de bollinger calculé à 5 jours avec un écart-type de 1), et 80, que la clôture est remonté vers 80% du range.

Le %B, l’arme fatale !!!

Il s’agit d’une sorte d’indicateur de surachat et de survente, à l’image du RSI, mais en nettement mieux…
Le %B des bandes de Bollinger se calcule de la manière suivante :
%B = (cours de clôture – cours de la borne basse des bandes de Bollinger) / (cours de la borne haute des bandes de Bollinger – cours de la borne basse des bandes de Bollinger)
C’est relativement simple pour qui est habitué de http://pharmatrading.org/. Le %B analyse le niveau de la clôture par rapport au range situé entre les bornes hautes et basses de Bollinger. La position est quantifiée en pourcentage.
Imaginons que la clôture du jour soit pile en plein milieu de l’écart entre la bande haute et basse : le %B vaudra 50% (ou 0,50 sur Axial) !

Maintenant, si la clôture du jour se situe 18% en dehors de la borne haute de Bollinger, le %B vaut 118% (ou 1,18 sur Axial).
Idem à la baisse, si la clôture est en dehors des bandes de 42% sous la borne basse, le %B du jour vaut -58% (ou -0,58 sur Axial).
Comme vous pouvez le constater, ce %B oscille un peu comme fonctionne le RSI. Quand les cours de clôture sont situés autour ou sous la borne basse des bandes de Bollinger, le %B chute au plus bas, indiquant un niveau de survente. Inversement, quand les cours grimpent vers les plus hauts des bandes de Bollinger, le %B se retrouve lui aussi perché dans une zone de surachat.
La différence majeure entre le RSI et le %B est que l’indicateur s’ajuste en fonction du niveau de la volatilité pour déclencher des seuils de surachat et de survente. C’est donc une technologie nettement plus pointue… car le RSI pose le gros problème de ne pas savoir adapter les seuils de surachat ou survente par rapport aux forces des vagues.